Category Archives: Infos

Organigramme illustré

Les retours amusés sur l’homme orchestre ont suscité l’envie d’aller plus loin dans l’idée de présenter avec humour la polyvalence de tout le personnel de l’EURL Barme.

Un travail délicat a alors été confié l’été dernier à Adrien Lannoy, un designer à l’avenir très prometteur : illustrer les différentes fonctions de chacun des personnages de l’EURL Barme et ce à quoi ils rêvent… Comme si cela ne suffisait pas, une difficulté supplémentaire a été rajoutée : Tous les personnages principaux doivent se ressembler ; une caricature du gérant de l’EURL Barme est la bienvenue comme “modèle”. Imaginez la position de l’artiste chargé de caricaturer son commanditaire !

Et bien Adrien Lannoy s’en est remarquablement sorti. Chacune de ses illustrations rend parfaitement la description qui lui a été remise dans le cahier des charges, en y apportant sa touche personnelle, en particulier sa vision de l’établissement de l’EURL Barme qui abrite tous ces personnages.

OrganigrammeIllustre

L’accès à ces images se fait en cliquant sur les fenêtres du bâtiment et l’accès aux rêves en cliquant sur la tête des personnages, à l’exception de la DRH où il faut cliquer sur le fauteuil vacant pour accéder au rêve du gérant sur ce poste.

Pour ceux qui souhaiteraient un accès plus direct :

Un détail involontaire mais certainement révélateur : le rêve du Directeur Commercial est rendu par un fichier 40 fois plus volumineux que la moyenne des autres.

 

Homme orchestre

Organigramme de l’EURL Barme

Parmi les structures possibles pour démarrer une activité indépendante, il en est une qui présente de nombreux avantages : l’EURL (Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limité). C’est la version minimale de la SARL. Minimale, car elle est accessible à une seule personne mais à part cela elle est en tout point équivalente à une structure de PME complète, avec tous ses accessoires, notamment administratifs.

Par exemple, tous les 12 mois, on clôt son exercice par une Assemblée Générale qui réunit tous les associés ainsi que le gérant (c’est à dire une seule personne en l’occurrence).  Le point le plus important de cette réunion est la cinquième résolution qui consiste à approuver la rémunération annuelle du gérant. Cette résolution, mise au voix, est généralement adoptée à l’unanimité, l‘intéressé n’ayant pas pris par au vote, bien entendu, comme cela se fait entre personnes courtoises.

L’unique associé, gérant d’une EURL se doit donc d’être multi schizophrène également chaque jour de son activité. Celui qui rêvait d’être “son propre patron” se retrouve en réalité davantage être “son propre employé” voire “ses propres employés”, tant qu’à faire.

Rassurez-vous, cela se vit très bien. La variété des tâches à accomplir est réellement passionnante.  Et le client s’y retrouve : il accède ainsi à une “équipe” d’une cohésion parfaite !

Click and only click

carteSVG

This is the solution chosen for a web interface as simple as possible to make it compatible with mouse or touch screen.

No various gesture or mouse drag, simply click on the spot where you want the new centre of the map.

Click on + to see more details and on – for less.

Click on the drop down list to choose by a click the offset applied to zoom.

Could it be simpler?

Follow @lbarme on twitter to get an access code to try it by yourself…

Un PCA / PRA de compétition

Dès qu’un nombre important d’utilisateurs (70 à 80 en l’occurrence) dépendent pour leur activité professionnelle quotidienne d’un service critique (un ERP par exemple), la problématique du plan de continuité ou de reprise d’activité (PCA / PRA) devient essentielle à la qualité du sommeil de l’administrateur du système et à la sérénité du dirigeant de la société.

Bien sûr le service est hébergé sur un serveur installé dans une salle blanche suréquipée en dispositifs assurant un très haut niveau de fiabilité (SLA de 99.95% !). Et les données sont répliquées localement sur des disques doublés.

Et si malgré tout le serveur tombait en panne ? Et si l’accès réseau vers le serveur était interrompu ? Et si un accident, un incendie ou un attentat détruisait la salle blanche ?

Et si, en plus, l’administrateur était justement à ce moment là indisponible et injoignable, disons en vacances au large sur un voilier… ?

Alors, il suffirait que l’un des responsables habilités de la société clique sur un bouton, confirme et le service serait alors immédiatement à nouveau disponible sur le serveur de secours installé à 400 km du serveur principal.

Tout cela est désormais une réalité très accessible (à part les vacances au large sur un voilier pour l’administrateur).

PCA_PRA

Préferez la “barre d’adresse” !

Non seulement c’est plus efficace mais en plus cela protège votre vie privée : il vaut mieux utiliser la barre d’adresse plutôt que les zones de recherche de votre navigateur.

navigation_directe

Exemple de zones de recherche sur Firefox

La barre d’adresse donne un accès direct au site Internet recherché. C’est plus rapide et, dans ce cas, seul le serveur du site visité enregistre votre passage. A savoir : il est inutile d’y mettre http:// et les www sont le plus souvent facultatif.

Lez zones de recherche soumettent d’abord tout ce qu’on y met à un moteur de recherche. Celui-ci :

  • enregistre l’intérêt porté sur le sujet donné,
  • affiche une liste de liens dont l’ordre dépend notamment des investissements publicitaires associés,
  • mémorise ensuite le lien choisi vers le site associé à cette recherche.

Autant d’informations précieusement recueillies, en plus de celles stockées dans les cookies, que la société qui vous fournit “gratuitement” le moteur de recherche enregistre pour les commercialiser… Par ailleurs, le site demandé peut être ignoré (ou censuré) par le moteur de recherche.

A ce propos, tout est fait pour inciter les utilisateurs à avoir le site d’un moteur de recherche comme page d’accueil ou, pire, à installer une pseudo barre d’adresse, les fameuses “tool bars” offertes. Du coup, toute ouverture du navigateur est soigneusement enregistrée !

Pourtant, ouvrir son navigateur sur une page vierge est possible et même recommandé. C’est tellement plus rapide, discret et efficace !

Ceux qui sont très observateurs, remarqueront que dans l’exemple du moteur de recherche utilisé pour illustrer cet article, il y a désormais un https://. Le s implique entre autres un cryptage des informations échangées avec le moteur de recherche. Seraient-elle si précieuses ?

Un “site” Internet, c’est quoi ?

Un exemple de site internet parmi d’autres…

Un “site”, c’est :

  1. un nom de domaine,
  2. un hébergement,
  3. un contenu,
  4. des mises à jour…

Le plus important, c’est le nom de domaine (numerunique.fr par exemple).  C’est ça qui donne l’accès à votre site Internet. Il faut impérativement en être le “propriétaire” pour avoir le contrôle de son site. Un nom de domaine est attribué à la première personne qui le demande et cette personne en conserve l’usage exclusif tant qu’il paye les droits d’enregistrement (modiques et annuels).

L’hébergement, c’est l’ordinateur (on parle d’un serveur) qui sera sollicité à partir du nom de domaine. Il y a une multitude de solutions d’hébergement et il est très facile d’en changer. Il faut juste s’assurer que l’hébergement choisi offre toutes les facilités que l’on souhaite utiliser. Un hébergement se loue habituellement au mois.

Le contenu est tout l’intérêt d’un site Internet. Il faut bien évidemment qu’il soit bien présenté pour les “visiteurs” mais auparavant, il faut déjà qu’il soit facile à “mettre en ligne” et à faire évoluer. Là aussi, il y a de multiples solutions dont les plus accessibles sont apportées par des CMS (Content Management System) tel que celui utilisé pour ce blog.

Dès lors que l’on peut accéder, grâce à un nom de domaine, au contenu d’un site Internet placé sur un hébergement, il ne reste plus qu’à le faire vivre par des mises à jour régulières ; une activité qui demande toujours plus de temps qu’on l’imagine.