Mieux protégé mais moins accessible

A l’origine de l’Internet  tout était plus simple.

Les premiers sites,  au début de l’ère d’Internet, partageaient des informations directement accessibles dont l’adresse de contact, équipée du lien “mailto:”. Un simple clic sur ce lien ouvrait le logiciel de rédaction de mail avec l’adresse du destinataire pré-renseignée.

Comme c’était pratique !

Le “mailto:” existe et fonctionne toujours mais il est fortement déconseillé de l’utiliser, sauf bien sûr si l’on tient à collectionner les spams. Le web est en effet davantage parcouru par des robots que des humains et détourner la finalité du lien “mailto:” est d’une commodité déconcertante pour un robot spammeur.

Le lien “mailto:” a été d’abord remplacé par un formulaire de contact qui avait le double avantage d’avoir l’opportunité de recueillir quelques informations et d’entraver les robots spammeurs.

Mais les spammeurs ont manifestement appris à utiliser les formulaires de contact.

On a alors vu apparaître des tests de Turing inversés, sensés discerner les humains des robots, sous diverses formes toutes horripilantes et certaines infranchissables. Le site de numerunique a eu le sien, discret mais efficace, en tout cas dans un premier temps.

Malgré quelques améliorations subtiles et aussi peu dérangeantes que possible pour les vraies demandes de contact, les spams sont réapparus inexorablement. Un reportage sur les plateformes numériques en a éclairé la cause probable : de pauvres hères  sont recrutés sur Internet pour résoudre ces tests barrières en contrepartie d’une rémunération dérisoire.

C’est pourquoi l’accès au formulaire de contact du site de numerunique est désormais accessibles aux seuls utilisateurs identifiés. C’est efficace, du moins pour le moment.

Mieux protégé ou plus accessible ? Ce choix requière un arbitrage délicat. Mais une demande de contact anonyme a peu de chance de présenter le moindre intérêt. C’est cette considération qui a emporté la décision pour un site mieux protégé mais moins accessible.